Le site collaboratif des cités : Busserine, St Barthélémy 3, Picon, Le Mail, Les Flamants, Iris, Font-Vert et Benausse.

FAROUK : « CAP EN AVANT » - Savoir cibler un objectif et s’y tenir fort - Les valeurs de son éducation.

Farouk est né le 28 Avril 1986. Fils de Youssoufa Ahamada, cuisinier dans les lycées, et de Madi Toiybati, mère au foyer. C’est le 3ème enfant d’une fratrie de 4 enfants d’une première union, et de 7 enfants d’une seconde.

Originaire des Comores, né à Mayotte, c’est à l’âge d’un an que ses parents décident de s’installer à Marseille - La Castellane, puis Corot. Un an plus tard, la famille arrive au Bât G 7 à la Busserine. Farouk ira à l’école Maternelle Vayssière I.

Souvenir de sa petite enfance à la Busserine

Les enfants jouaient devant le bâtiment avec les plus grands ou faisaient des cabanes dans les arbres. Farouk se souvient de sa première équipe de foot, formée avec trois autres enfants : « le Club des 3 plumes » pour défier à domicile le Bât H.

Le terrain de foot improvisé était le trottoir en angle du Bât G et le terrain de baseball sur le terre plein à l’angle du Bât F, juste derrière le Comité Mam’EGA.

Sa mère exerçait, du balcon, une surveillance accrue à distance. il fallait qu’elle le voit. Elle criait son nom par la fenêtre, il devait lui répondre,...telle était la règle. A l’ époque, il ne fréquentait aucune institution ou association de quartier.

Les Valeurs de l’Islam 

L’école Coranique rythme sa vie de 6 à 15 ans. Papa Arymia était un « foundi », le professeur garant de la transmission des valeurs de l’Islam et chargé de l’éducation Coranique : lire, écrire, histoire - Le respect des parents, des anciens, le respect des filles, de tous ce qui est permis ou interdit (alcool , cigarette, drogue …).

Cette éducation permet à Farouk d’avoir un cadre référentiel religieux : « Grandir droit, grandir dans le licite et le religieux. » souligne-t-il.

L’ancrage culturel

Vers l’âge de 8 ans, il passe devant le local jeune du B7. Hélène Mille l’interpelle avec ses copains. Elle leur propose d’écrire des textes et de créer un groupe de RAP.

Ils s’y sont mis. Ils fréquentent régulièrement le B7. Ils rencontrent la famille MSA, Youssouf, le petit frère d’Arsène et Achem de « Rue 14 ».

Youssouf l’aîné devient le manager, il propose des instruments. Il n‘ a pourtant que 12 ans mais les deux grands frères, représente pour lui une véritable banque de données.

A 9 ans Farouk forme son premier groupe avec Aboubacar, Amyl et Issa, tous issus des Comores ou du Sénégal.

Une enfance dorée avec peu de chose

Sportif, il a déjà des abdominaux et il est heureux. Il se souvient de toutes ses animations. La fête était attendue par tous les enfants. Ses rares sorties sur Marseille, étaient chez la Tatie de National-Belle de Mai.

Vayssière I sera son école primaire jusqu’en CM2. Il sera un élève moyen, sportif et instaurera de bons rapports avec ses camarades et ses professeurs.

Farouk en deux mots est un bon vivant, timide et respectueux des règles. C’est au cours de son CM1 que le divorce de ses parents a lieu. Son père habite à la Marine Bleue, il se voient tous les week-end et dorment là-bas par binôme. Les rapports entre les parents restent positifs. Il est très proche de sa mère

Il a de bonnes relations avec sa fratrie. ils font les devoirs ensemble, mais aussi les bêtises.

Premiers pas dans l’animation

A partir de 12 ans Farouk intègre le club de football des 3 Cités. Il devient leader de l’équipe et entraineur des 6/8 ans. Cela développe chez lui le sens de l écoute, du respect et du partage. Il est déjà dans la médiation entre les adultes et les plus jeunes.

Il découvre avec l’association « Passerelle » de l’ A.D.D.A.P. l’organisation de différentes manifestations, soirées, animations de proximité pour les plus jeunes. Ce sont eux qui font les relais pour les enfants qui ne vont pas en vacances, au stade du Bât P :

  • jeux d’eau
  • coloriage
  • courses relais

Avec l ‘A.D.D.A.P. ou l ‘A.S.C.Q.B. et une quinzaine d’enfants.

L’aventure durera 6 ans. A 17ans, cinq d’entre eux passe le B.A.F.A. Les années Collège à PYTHEAS

Farouk s’ouvre sur le monde, il se relâche un peu, rigole davantage, tout en travaillant. Il reçoit les encouragements de ses professeurs et obtient les tableaux d’honneur. Il pratique l’Anglais et l’Italien, mais son profil est plutôt scientifique.

Sa moyenne générale avoisine les 13, mais après le brevet des collèges elle chute à 10.

Il choisit la filière « Bac Pro Energétique » au Lycée Ampère dans le 10ème. Plus assidu et plus sérieux dans les études, il obtiendra une moyenne de quinze. Il enchaine par une formation de « Technicien Energétique » (climatisation, chaud, froid). Il passera son BAC. Pro, en quatre ans, cursus normal pour la section professionnelle.

Il exerce toujours en parallèle dans l’animation et obtient son B.A.F.A.

Fort de son expérience de rappeur, Farouk propose des ateliers d’écriture, perçoit ses premières rémunérations et crée le groupe « Favelasrime » (entendez Favélas Busserine) avec qui il participe et gagne au festival Planète Jeune au Dôme de Marseille.

Animateur culturel à L’A.S.C.Q.B, ses premières rémunérations servent à la création d’un studio clandestin d’enregistrement, dont l’accès est rendu possible grâce à une trappe.

Favelasrime sort un premier album : « Ça part de là ».

Le quartier n’est plus le même, les relations entre jeunes changent

Dans les années 1990, les plus jeunes n’avaient pas accès aux réseaux, les plus grands les refoulaient.

Au milieu des années 2000, la réalité a évolué : les plus jeunes sont utilisés dans le marché de l’économie parallèle. Ils ne vont plus à l’école, guetteurs au début, les responsabilités viennent petit à petit.

Puis le marché se structure différemment, progressivement, l’économie parallèle et les sommes conséquentes gagnées, influencent toute une génération.

La jeunesse est partagée :

  • Celle qui résiste et fait le choix de s’accrocher à des valeurs morales religieuses, éducatives, celle de la famille, de l’Islam, de l’école.
  • Celle qui cède à la facilité, à l’attrait de l’argent. Les parents sont rapidement disqualifiés par l’importance de l’argent amassé dans la vie de leur enfant. Même en luttant contre, ils perdent rapidement toute autorité et n’arrivent plus à se positionner.

Le choix des fréquentations est essentiel dans l’orientation des jeunes à ce moment-là. Les partenaires associatifs et institutionnels peuvent aussi être force de propositions et apporter des influences positives dans la vie sociale et culturelle des adolescents. S ‘il n’y a pas de convictions solides permettant la construction d’une moralité, il peut y avoir dérives.

Malheureusement les associations sont souvent les témoins impuissants de la montée de la violence et de la dégradation de ses quartiers.

Farouk constate que dans ses fréquentations il a plus de réussites que d’échecs. Mais certains ont subi les influences néfastes et les échecs dans le quartier.

Parcours de vie, orientation professionnelle

  • 2006 : BAC PRO, il travaille dans l’animation et à Mac Do
  • 2007-2009 : inscrit en Faculté d’ Économie il réussit son passage en 2ème année A.E.J., tout en animant les ateliers d’écriture à l ‘A.S.C.Q.B.
  • 2009 : Farouk passe aux choses sérieuses. Il prépare le B.P.J.E.P (Brevet Professionnel Jeunesse et Sport). Alternant terrain professionnel à l’AGORA et formation, il prépare douze -U.C.- de Direction de Centres Aéré .
  • 2010 : Directeur du Centre Aéré et responsable du Pôle Culturel, il s’occupe de la coordination des médiations artistiques à travers la concrétisation d’une comédie musicale durant quatre longues années de préparation : travail d’ écriture, mise en scène, scénario, avec une quinzaine de jeunes acteurs, danseurs, rappeurs, chanteurs.

Tous les samedi les jeunes se retrouvent pour donner corps à la création .

Programmation :

  • Espace Culturel de la Busserine à Marseille (plusieurs dates)
  • Parvis des Arts à Strasbourg (une date)
  • Concours Citoyen, à la Cité des Associations à Marseille où il gagne le 1er prix

En septembre de cette année, Farouk épouse la belle Mina Lekhal, animatrice qui partage sa vie dans le quartier de St Gabriel, à quelques minutes de son lieu de travail.

Actuellement, Farouk exerce à temps plein, Directeur et responsable de l’Orientation Culturelle du Centre Social Agora. Il envisage de préparer un D.E.J.E.P. – Diplôme d’État de Jeunesse et Sport Farouk est dans la distanciation vis à vis du quartier qui n’est plus désormais son lieu de vie mais son lieu de travail.

Il s’ouvre sur d’autres réseaux et se positionne en tant que professionnel. Il tente de proposer dans sa pratique :

une ouverture du Centre Social sur d’autres publics de nouvelles médiations – vidéos de tisser des liens avec d’autres secteurs géographiques et favoriser les échanges entre le centre et la périphérie.

Nous lui souhaitons bonne chance.

Texte JP Ega