Le site collaboratif des cités : Busserine, St Barthélémy 3, Picon, Le Mail, Les Flamants, Iris, Font-Vert et Benausse.

Paroles de Galère 2013 - Grand Saint Barthélémy

Festival populaire et militant dans le Grand Saint Barthélémy

Du 6 au 8 septembre 2013

Chaque année, le festival Paroles de Galère se donne pour objectif d’être un outil pour produire une pensée par et pour ceux qui galèrent. Entre deux scènes artistiques, le forum d’expression populaire est plus qu’un simple espace de débats, il est pour le festival un élément structurant, donnant un ton et une ambiance au festival. Les précédentes éditions avaient abordé des thèmes tels que la dette publique et ses conséquences pour les peuples, la culture populaire ou encore les profonds changements urbains que la ville de Marseille connaît depuis ces dernières années. Pour cette quatrième édition, nous aborderons le thème de « l’actualité de la Marche pour l’égalité et contre le racisme (1983) », que les médias ont ensuite nommée « la Marche des beurs ». En construisant le festival avec les acteurs sociaux, associatifs et les habitants du Grand Saint Barthélémy, ce thème est apparu comme une évidence. Au delà de la date anniversaire, nous voulons nous pencher dans un profond bilan de trente ans de luttes dans les quartiers populaires et donner humblement aux premiers concernés un espace d’élaboration de nouvelles perspectives pour l’avenir.

Montée du racisme et du Front National, violences et meurtres policiers, chômage de masse et précarité, avenir sans lendemain … en 1983 comme aujourd’hui, le constat est le même … amer. Trente ans sont passés et entre temps, les quartiers populaires ne se sont nullement résignés. Dans le Grand Saint Barthélémy, un riche tissu associatif s’est formé, portant l’éducation populaire, les luttes de l’immigration et des quartiers populaires au cœur de son projet. Trente ans de combats, dont la manifestation du 1er Juin de cette année est venu rappeler l’actualité.

Le festival Paroles de Galère structurera donc ses activités autour du bilan de la Marche de 1983 et des perspectives à tracer aujourd’hui, dans le Grand St Barthélémy, à Marseille et en France. Pour cela, trois temps de débats sont prévus :

Le Vendredi soir, le festival s’ouvrira dans une ambiance de fête de quartier, dans le quartier des Flamants. Nous rendrons ainsi une nouvelle fois hommage à Lahouari Ben Mohamed (cf. encadré « repères »). Ce sera l’occasion d’une diffusion en avant première du documentaire en cours de production d’Alain Dufau : « Tout était possible ». Le film retrace l’histoire culturelle du Grand Saint Barthélémy dans les années 80, notamment autour du dramaturge Akel Akian. La projection sera suivie d’un débat en présence du réalisateur et des jeunes du quartier qui ont participé à la réalisation du documentaire. Il s’agira de se pencher, à partir du territoire du Grand Saint Barthélémy, sur les conséquences directes de la Marche de 1983 sur la vie de ces quartiers.

Le samedi après midi sera l’occasion de revenir sur l’actualité des conditions d’existence et de vie des habitants des quartiers populaires et ainsi, des revendications de la Marche de 1983. A partir d’ateliers menés les mois précédents avec les habitants du Grand Saint Barthélémy et de leurs propres paroles, nous essaierons de définir des axes de débats synthétisant les problématiques qui font échos dans les quartiers populaires. Les discussions s’organiseront en ateliers avec un aller-retour systématique entre 1983 et aujourd’hui.

Nous organiserons également la projection du film « Douce France » en compagnie de l’association Primitivi et qui retrace l’histoire de la Marche.

Le dimanche après midi, nous conclurons nos débats par une séance plénière lors de laquelle nous restituerons les travaux du week-end. Cette séance aura pour thème le bilan des expériences d’organisation des quartiers populaires et leurs développements à venir. Des intervenants scientifiques et des militants de toute la France seront invités à intervenir aux côtés des acteurs de 1983 et d’aujourd’hui, de Marseille et d’ailleurs.

Durant l’ensemble du festival, un « forum d’expression populaire » sera installé sous forme de village associatif, réunissant de manière libre et ouverte des associations culturelles, militantes, scientifiques, des collectifs et autres réseaux de Marseille et d’ailleurs. Ce forum sera l’occasion de rencontres nouvelles et de discussions informelles que nous espérons très riches.

Portfolio

Documents joints